PHILOSOPHIE

DES HYPOTHÈSES A MÉDITER ET A CRITIQUER :

Tous les points de vue ont un sens… Ils sont tous le fruit de la Nature, pour qui chaque présence a la même importance. Nous apprenons, alors, à accepter toutes les opinions pour que les nôtres soient écoutées sereinement.

Rien ne pourrait être plus intelligent que la nature qui est à l’origine de tout ce qui est produit dans l’univers. Nous sommes tous cette Nature !

L’évolution de nos capacités dépend de l’évolution de notre volonté. Notre volonté est déterminée par nos croyances. Ces dernières semblent s’imposer à nous, plus qu’elles ne seraient l’expression d’un choix délibéré de notre part. Nos envies et pensées semblent s’imposer à nous… Comment en jouir librement ? Probablement en acceptant d’une part et en se posant la question de ce qui serait utile pour améliorer notre existence, d’autre part. Le déterminisme ne s’oppose pas au libre-arbitre ; au contraire le libre-arbitre est une forme de transcendance du déterminisme. Transcender c’est vouloir comprendre le sens des événements afin de générer toujours plus d’harmonie, que le déterminisme nous le suggèrerait ou pas !

Je me demande si cela ne serait pas plus simple et plus agréable d’être plus ou moins proche d’un humain uniquement en fonction de la psychologie (valeurs, projets, charme, réciprocité). Si l’âge, la couleur de peau, le genre ou tout autres critères physiques prédéterminés changent nos sentiments et notre intérêt pour autrui cela traduit un manque en nous que nous tentons, alors, d’équilibrer à l’extérieur de nous à travers des relations de dépendances et des addictions diverses et variées… Or, il n’y a que l’équilibre intérieur qui garantit une véritable stabilité dont les conséquences se concrétisent à travers des relations « non dépendantes », constructives et parfaitement saines.

Pour créer de l’harmonie j’aspire à respecter les lois et les mœurs locales tout en participant à leur évolution de manière concertée et en ayant conscience des enjeux.

Considérer un humain comme un humain avant tout permet de l’identifier comme soi-même et de considérer ses expériences comme des choix socio-humains plus que d’une initiative individuelle à part entière. Nos problèmes individuels proviennent tous de problèmes collectifs.

Je pense le bien et le mal qu’en fonction de son influence sur la santé, tout en apprenant à considérer que toutes les formes d’incohérences et de violences sont l’expression d’un mal être. Condamner la violence ne fait que l’amplifier !

La solution, unique et commune, à tous les problèmes consiste à d’une part se poser la question de son utilité, du lien avec sa propre psychologie et d’autre part à développer le bien être individuel tout en œuvrant au dynamisme économique et culturel de notre société.

L’équilibre psychique, qui est à l’origine de celui physique et sociétal, consiste à pouvoir accepter le sens de chaque évènement tout en reconnaissant que l’humain puisse créer de l’harmonie en toutes circonstances. Certains considèrent que cela représente l’équilibre du yin et du yang, du féminin et du masculin… autant d’énergies qui s’appauvrissent si on ne voit pas les liens suptiles entre la singularité et l’universalité de toutes choses. Des tensions apparaissent naturellement si on ne pense pas que le yin et le yang se trouvent dans chaque présence… La vie ne sert, dans ce sens, qu’à prendre du plaisir à équilibrer ce qu’on expérimente de déséquilibrer. Alors conscient à chaque instant, l’humain peut vivre l’Extase ! Ce dernier consiste à prendre plus de plaisir à exister qu’à faire quoi que ce soit… qu’on fera, alors, avec toujours plus de motivation.

Tenir compte que de la psychologie peut nous interpeller puisque le fait que nos lois et notre culture nous obligent à nous identifier à la description de notre corps influence précisément notre psychologie. Cette réalité nous propulse dans la subtilité du réel qui mêle, alors, l’absolu, l’âme éternelle commune à tous, avec notre vécu, d’autant plus singulier qu’on prend du plaisir à saisir son caractère universel. Si, dans l’absolu, j’aspire à expérimenter la pansensualité, le relatif nous y entrainera naturellement, sans aucun effort.

L’homosexualité, l’hétérosexualité et les deux ensemble représentent des attirances prédéfinies. Ces attirances sont la conséquence d’un besoin prédéterminé et donc d’un manque qu’il semble nécessaire d’appréhender pour ne pas en être dépendant. Nos envies traduisent notre état psychique, en perpétuelle évolution. Seule la dépendance à la complicité caractérise la nature de l’atome et celle du cosmos, de la bactérie à l’organe, de chaque être à la société. Sur le plan relationnel VOULOIR DEVENIR un humain qui soit plus ou moins proche d’un autre qu’en fonction de la psychologie (valeurs, projets, respect du corps et donc de son environnement), avec l’objectif de ne créer que de l’harmonie, se définit à travers le terme de pansensualité. Nos sens tendent alors à n’être influencés QUE par le sens psychique que nous mettons dans chacune des secondes que la vie nous propose de sublimer à travers notre présence partagée au monde.

L’Amour c’est l’envie de créer de l’harmonie. C’est LE RESPECT ! On ne peut donc pas aimer quelque chose ou quelqu’un puisqu’on ne peut pas respecter un être sans respecter son environnement. L’affection, en revanche, définit une relation, en particulier.

Le racisme représente toutes les formes de discrimination PRÉDÉTERMINÉE. Que ce soit l’âge, la couleur de peau, la forme du sexe (aucun sexe ne s’oppose à un autre), la catégorie sociale, l’affiliation à un groupe, à une fratrie… sont autant de paramètres qui, s’ils influencent notre attitude-respect pour autrui, représentent des formes de discrimination. Seule la psychologie prendra en compte le caractère singulier de chaque situation pour créer de l’harmonie sur la plan psychique, et donc physique et sociétal. La culture nous influencent temporairement quand la nature nous chéri, nous unit et nous mari de manière absolue…

Complotons nous contre nous mêmes ?

Un complot correspond à des informations dissimulées, de concert et au détriment des citoyens. Juste en regardant « Cash investigation », par exemple, nous pouvons être convaincus de l’existence de nombreux complots.

La vérité correspond au point de convergence de tous les points de vue. Partageons les à travers des débats paisibles. Avoir en main une recette n’a de sens que si nous pouvons avoir les ingrédients nécessaires à sa réalisation. Les ingrédients font, ici, référence à des informations primordiales, que nous allons, désormais, aborder. Nos gouvernements font des guerres illégales, etc… Comment peuvent ils être crédibles en tuant nos frères, humains ?

Pour quelles raisons Hitler était  financé par la finance mondiale ? Pourquoi les médias, l’école, ne nous l’expliquent pas alors que l’information est officielle ?

La base de la médecine est l’alimentation… (serment d’Hippocrate). Il y a 2 ans, le gouvernement affirmait la nécessité de se nourrir de viande à quasiment tous les repas et depuis il affirme qu’un gramme par jour suffirait pour combler nos besoins ? Qui nous explique le protocole de leurs recherches ? La science est elle à géométrie variable, transparente ?

Une chose est sûre, c’est que le principe de concertation est connu de tous les géographes et élus, qu’il est la seule condition pour créer une société prospère et qu’aucun acteur, hors IDEA, n’œuvre dans ce sens.

Les complots existent, et le plus important et flagrant d’entre eux c’est le fait que les humains souhaitent expérimenter leur auto mutilation tout en connaissant les solutions simples et évidentes.

Pire encore, sont ceux qui dissimulent, l’idée selon laquelle il n’y aurait pas de système sociétal que nous pouvons sereinement mettre en place en permettant à tous d’être gagnants. Pire encore, est celui qui sait que ceux à qui nous faisons allusion dans le précédent paragraphe correspond à TOUS LES HUMAINS, et ce de manière INVOLONTAIRE car n’ayant pas toutes les informations nécessaires à l’émergence d’une société mieux organisée. Si tous ceux qui se soucient des problèmes de notre société participaient également à neutraliser l’origine commune de tous ces symptômes négatifs, alors nous saurions assez nombreux pour réfléchir à optimiser notre organisation territoriale, dont tous les maux proviennent.

La solution n’est pas plus en nous, qu’à l’extérieur, elle doit émaner de nous avant d’être rayonnée et orchestrée à l’extérieur !

Les mots ont toujours plusieurs définitions qui évoluent et qui dépendent de la perception de chaque humain à un moment donné, selon son expérience, son éducation et sa culture.

Conceptualisons, critiquons et partageons l’évolution de nos pensées…